mercredi 31 décembre 2014

Bon, et après ?

2014 touche à sa fin...
Questions...
Ouvrir le grand le livre des "Peut-être" ...
Avec au choix...

Des risques... ?

  


 ...ou des changements ?



Et tous les jours, cependant, sans relâche ..



samedi 27 décembre 2014

Witchitaito

Ultra repris... Une composition de Jim Pepper.
Deux approches et esthétiques différentes.
Ici Ralph Towner.


Ulf Wakenius


mardi 23 décembre 2014

Noir-10


Fin






PS/ Quelques "clés"  ci-dessous ... 

C'était donc l'ultime épisode d'une série titrée Un Regard Noir.
Comme annoncé ici (billet du 21 octobre) :

Et maintenant un peu de cuisine :
-Je révèlerai le titre du roman à la fin, s'il n'est pas découvert avant.
-Le titre, le genre et la collection m'ont soufflé le nom de la série : "Un regard noir" qui complète -en un sens- la précédente expérience "Un Œil Neuf" ! 
-J'en ai divisé le nombre de pages par 10 (c'est un format poche) et j'ai pu sélectionner, régulièrement espacées, les 10 pages qui  fourniront le matériau.
-Enfin, pour la méthode, pour le côté improvisé, je me donne en tout et pour tout 10 minutes sur la page, histoire de rester un peu "express", et  je m'accorde soit le lundi soir, soit le jour-même avant de publier pour y parvenir ! 

C'est l'heure des révélations ! 
Je n'insisterai pas sur les contraintes de production auxquelles je me suis tenu , majoritairement le lundi soir pour le mardi matin, de 10 à 15 minutes TTC. 
Je m'orienterai prochainement sur du coup par coup, piochant çà et là au fil de mes trouvailles et au gré des suggestions que me feront les textes.

Mais voyons le reste ! 
Lorsqu'on empoigne un polar de la collection "Le Masque" ça donne l'idée de passer de L’Oeil Neuf au Regard Noir ! 
D'autant plus que le genre s'y prête et y encourage par son titre : Dix petits nègres. 
Passer ainsi de Neuf à Dix, et plonger dans le noir !
222 pages divisé par 10 (évidemment) m'a conduit à "travailler" les pages 22, 44, 66, 88, 110, 132, 154, 176, 198 et 220. 
Ensuite, comme on le constate aisément, le dynamitage prend effet, bousculant les automatismes du lecteur et emmenant le genre sur des sentiers cahotiques qui apparaissent après qu'on les a empruntés.

Et c'est ainsi que contrairement au polar d'Agatha Christie où la résolution de l'énigme par le biais d'une bouteille à la mer contenant les aveux complets du meurtrier ne manque pas de sel, dans la version aménagée, par contre, le mystère reste complet, ce qui ne mange pas de pain.


22 décembre, 16h56.

samedi 20 décembre 2014

Grande

Ce que la vie nous réserve.
Il y a des jours comme ça. (Mettons des jeudis).

On se rend à l'université.
On y est parti "léger".
Sur place, ça se passe bien.
Très très bien.

Si bien qu'au retour, on se retrouve avec une passagère "docteur en physique des matériaux et des surfaces" reçue avec une mention très honorable.

Et une joie immense.
Absolument immense.



jeudi 18 décembre 2014

Abonnés aux gags






Charlie Chaplin était loin d'être un charlot :
Les lumières de la ville nous illuminent
Le dictateur c’est pas du pipeau
Et les temps modernes turbinent
La ruée vers l’or ? chapeau !
La canne qui mouline
Arnaque et culot
Charlie Chaplin
dit Charlot
Trottine
Haut





Buster Keaton « ne riait jamais » : comique !
Sa maison s’effondre sans qu’il frissonne
Il reste de marbre flegmatique
Son tacot se mange un pylône
Rien, même apocalyptique  
Catastrophe ou cyclone …
Nourri de slapstick 
Buster Keaton
Atypique
Cartonne
Sic ! 

mardi 16 décembre 2014

dimanche 14 décembre 2014

Interférences sonores 9

ALL SAID AND DONE (album Skin 1986) 



All the words in the world
wouldn't make you stay this evening;
though I scrabble around for any I can say,
so hard to take our leave,
so hard to stop believing.
        
I guess we know this silence well enough,
and you'll be going by and by;
I'm scared that anything I offer
might be taken for a lie.
        
CHORUS:
All said and done,
and there's no way to make it any different.
I hold my tongue as you're walking away.
So goodbye comes -
oh, I don't want to make it difficult
but nothing's easy
when there's nothing left to say.
        
Now we only talk as though time were heavy weather
with a storm-cloud brewing on each hasty phrase...
all the words in the world wouldn't put us back together.
        
Maybe we had our opportunities...
most of those chances passed us by;
I'm scared that anything I offer
might be taken as a bribe.


Quelle réussite cette chanson !
Je trouve exceptionnel de parvenir à dire et suggérer autant en en faisant aussi peu, avec une telle économie de moyens. Climat lourd : de la rupture dans l’air ! Tout est en place, voix et chœurs, paroles, John Ellis à la guitare, un morceau très dense dont la structure rythmique installe des moments lents ou le doute plane, et des bouffées brutales où les mots pourraient bien être définitifs, irréversibles. 
Un morceau qui "dit" tout, qui éclate en soubresauts et déchirures, ou même en sanglots ravalés, marqué par des brisures d’une noirceur inquiétante et orageuse. 
Le tout dans une concision remarquable. 

A sa manière, une espèce de « cris et chuchotements »...   

vendredi 12 décembre 2014

Merci monsieur !


...


J’appartiens à une génération qui a subi l’influence de ces romanciers et qui a voulu, à son tour, explorer ce que Baudelaire appelait « les plis sinueux des grandes capitales ». Bien sûr, depuis cinquante ans, c’est-à-dire l’époque où les adolescents de mon âge éprouvaient des sensations très fortes en découvrant leur ville, celles-ci ont changé. Quelques-unes, en Amérique et dans ce qu’on appelait le tiers-monde, sont devenues des « mégapoles » aux dimensions inquiétantes. Leurs habitants y sont cloisonnés dans des quartiers souvent à l’abandon, et dans un climat de guerre sociale. Les bidonvilles sont de plus en plus nombreux et de plus en plus tentaculaires. Jusqu’au XXe siècle, les romanciers gardaient une vision en quelque sorte « romantique » de la ville, pas si différente de celle de Dickens ou de Baudelaire. Et c’est pourquoi j’aimerais savoir comment les romanciers de l’avenir évoqueront ces gigantesques concentrations urbaines dans des œuvres de fiction.
Vous avez eu l’indulgence de faire allusion concernant mes livres à « l’art de la mémoire avec lequel sont évoquées les destinées humaines les plus insaisissables. » Mais ce compliment dépasse ma personne. Cette mémoire particulière qui tente de recueillir quelques bribes du passé et le peu de traces qu’ont laissé sur terre des anonymes et des inconnus est elle aussi liée à ma date de naissance : 1945. D’être né en 1945, après que des villes furent détruites et que des populations entières eurent disparu, m’a sans doute, comme ceux de mon âge, rendu plus sensible aux thèmes de la mémoire et de l’oubli.
Il me semble, malheureusement, que la recherche du temps perdu ne peut plus se faire avec la force et la franchise de Marcel Proust. La société qu’il décrivait était encore stable, une société du XIXe siècle. La mémoire de Proust fait ressurgir le passé dans ses moindres détails, comme un tableau vivant. J’ai l’impression qu’aujourd’hui la mémoire est beaucoup moins sûre d’elle-même et qu’elle doit lutter sans cesse contre l’amnésie et contre l’oubli. À cause de cette couche, de cette masse d’oubli qui recouvre tout, on ne parvient à capter que des fragments du passé, des traces interrompues, des destinées humaines fuyantes et presque insaisissables.
Mais c’est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l’oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme ces icebergs perdus qui dérivent à la surface de l’océan.


 * * *
Vous l'aurez sans doute compris, il s'agit de la fin du discours de réception du Prix Nobel de Patrick Modiano. Vous pouvez le lire en entier ici .

Je n'entrerai pas dans les détails, je viens de lire quatre de ses romans : Une jeunesse, L'herbe des 
nuits, Dora Bruder (dont on ressort, à tout le moins, noué) et Le café de la jeunesse perdue.  
Pas d'artifices, beaucoup d'humilité. 
Entre la quête, la mémoire, le mystère, l'incertitude,  j'ai pris un immense plaisir à ces lectures. 
Comme une écriture qui cherche, qui ne sait pas. 
C'est très beau.

jeudi 11 décembre 2014

Cirer le portrait


Abédal Clépou était plein de bonnes inventions.
Normal : il mentait comme un arracheur de gants. Et sans se faire plier, tant ça semblait couler de bourse. Entre la poire et le gros mage.
Au point qu’on ne savait plus sur quel pied penser, où donner de la fête.

Il racontait qu’il connaissait le passé du coq Allan qui valait son faisan d’or.
Mais il y avait loin de la soupe aux lèvres, c’eut été mettre la charrue avant les œufs, même à la sueur de son tronc. 
Et même si ses propos mettaient souvent le bus à l’oreille, peu lui cherchaient toise.
On préférait éviter, se réfugier dans un trou de sourire.
On hésitait à jeter un pavé dans la jarre, comme si personne ne voulait prendre son courage à Denain et préférait tendre les armes pour ne pas rejoindre le septième fiel.
Il est vrai, comme cinq étoiles font huit, qu’Abédal était un molosse au pieds d’argile qui ne cassait pas trois pattes à un panard. Il avait souvent mal au ventre, souffrant de ce qu’on appelle « colique de répétition ».

Il craignait par-dessus tout d’être pris pour un couillon de onze heures, ce qui l’amenait à se retirer sous sa  pente, la nuit, à tâtons rompus.
Et il ne sortait plus que tous les trente-six du bois au risque qu’on le retrouve un jour à l’article de la morgue aussi figé que la spatule de la liberté.
On s’expliquait pourtant mal qu’il reste ainsi en hauteur de sainteté.
On mettait cela sur le compte de circonstances exténuantes.
Pas vraiment de quoi redorer son blouson.

mardi 9 décembre 2014

dimanche 7 décembre 2014

Interférence sonores 8

Une première "en vrai" en 1985 à Lorient (festival interceltique).
Et au fil des annéees une fréquentation jamais démentie...
Retours réguliers.
The Pilgrim... Granuaile...

Cette voix. 
Deux extraits.


May we never have to say goodbye.



Richard in iron death 
(Le son n'est pas très bon, mais la chanson passe aisément ô combien par-dessus !)  

Enfin, vous pouvez aller écouter le 2e morceau  version "studio" 
à partir de 21 min 45 ci-dessous,ou même ...
profiter de ce bel album en entier ( 45 minutes)...

 


jeudi 4 décembre 2014

4 X12 X9 (A plus d'un titre)

Un récent billet ici m'a envoyé par là
Que pouvais-je faire d'autre que me piquer au jeu ?
Une petite exploration plus tard,  la génération de titres achevée, j'avais sélectionné 9 titres.
Mais je n'allais pas en rester là. 
Comme souvent, je m'auto-infligeai une contrainte semi-ondulatoire et crypto-baroque.
Sinon c'est beaucoup moins drôle, n'est-il pas ?  
Chaque titre serait présenté sous forme d'un quatrain. 
La chute dudit quatrain étant forcément le titre.
Nous y voilà ! 

* * * 


 Lire au pied de la lettre ou mot à mot c’est vivre
Se prendre, jeu, pour un message qu’on délivre,
Tout larguer et s’embarquer sur un bateau ivre,
Ou prendre un train pour la ville des livres...



 Camouflées /tues /masquées /ensevelies : cassures
Dissimulées /déguisées /enfouies : flétrissures
Étouffées /terrées /cachées /noyées :  meurtrissures
Perçant le silence des petites blessures.


A force de tout prendre avec tant de hauteur 
 sa réputation se fit de troubles fauteur  
et déçus ses personnages en quête d’auteur 
se rebellèrent : ce fut l’hiver du narrateur




Si le temps s’étire aussitôt que je m’allonge
qu’imperceptiblement il me ronge, je plonge
En un lent voyage qui noie tous les mensonges,
Flottant au repos dans la piscine des songes.


 Qui sont-ils ici, là, pourquoi et depuis quand
A l’étroit, pas pressés, en un mot comme en cent,  
Marchant à l’arrêt, sans espace et pleins de temps
Enfermés Prisonniers d’ici et maintenant
 
 

 Pourquoi pas en un flash obtenir l’autographe
Car le gars dans l’quartier est un vrai typographe
Sauf qu’avec lui les clichés sont comme des paraphes
Allez passez venez Boulevard du photographe



 La cabane des mystères sur un canari 
Ou la traversée du futur en méhari,
l’or des océans le thème d’un safari,
ah ! trop barré, le protocole de Paris




L’héritage de demain s’ouvrit sur le vide
L’ingéniosité des malades, cri morbide,
l’énigme du désordre les rendit livides
Le déclin du jour scella l’invention du vide




Surprenante et fugitive comme l’ondée,
 échafaudée sur le fil, puits sauvegardé,
onde dans l’air captée, fragile orchidée
voguer ciel ouvert sur le charme d’une idée.



mardi 2 décembre 2014

vendredi 28 novembre 2014

Coup double




Dès que Matisse en colosse sort son matos,
Comme aspirée par le soleil de Nice
Son inspiration se fait véloce
Et son esprit aiguisé tisse
sur les couleurs du cosmos 
les gouaches feu d’artifice 
qu’il colle comme un gosse 
Dès que Matisse 
sans pathos
esquisse 
noce








Ah ! Que Matisse illumine sa toile de phrases
déferlantes et qu’il nous y engloutisse 
telle en un précipice l'épectase...
Métisses unies marémotrices,
Vagues et couleurs s’y embrasent,
Comme un complot ourdissent,
Si loin de leurs vases.
Ah ! Que Matisse
Œil topaze
Brandisse... 
Jazz !

mardi 25 novembre 2014

dimanche 23 novembre 2014

Zazinien ?


RémonKenokimarchaitoulipotan
Unrudiversurlekédumétro
sonkoldepardeçuremontan
méditanconteuzoupropo
Soudinfatalinstankan
ilentendicémo
Doukipudonktan
RémonKeno
ripensan
kulo ?
kran ?

vendredi 21 novembre 2014

CENTQuARANTE

140-8
Ah, le sens des mots ! Etonnant de parler du retour de quelquun, comme une belle histoire pour les braves gens, quand il se trouve que ce petit quelquun nest pas parti.

140-9

Aïe le sens des mots ! Si nous poursuivons les raisonnements paradoxaux, il serait amusant entre autre que quelquun  qui nest jamais parti ne parvienne pas à revenir.  

140-10
Et, tiens, puisquon parle de faux retour, donc de faux départ, avant -qui sait- un vrai départ, on pourrait se demander pour ces meetings : QUI paie ? Cest surfacturé ? 

mercredi 19 novembre 2014

CENTqUARANTE

140-7


Pensant faciliter les choses, et même détendre l’atmosphère âpre de négociations qui s’éternisaient, après les dessous de fables, il se fendit d’un chèque ambiant.

mardi 18 novembre 2014

samedi 15 novembre 2014

Long cours


Mississipi par Johnny Cash « Big river » 
Pleurant son blues pour une fille partie 
A Saint-Louis Bâton Rouge ou ailleurs …
Et si à Memphis Tennessee
L’air n’a pas la même couleur
Les champs n’ont pas nourri  
un old man rêveur
Mississipi
Tes chanteurs
maudits
meurent

jeudi 13 novembre 2014

Pionnissimo


Après Urticant sur Marat,  Xylochauffé sur Zola, Badinons sur Marot, et Caramba sur Zapata il y a tout juste un an, il est grand temps de poursuivre la publication de biographies un peu cruciales dans l’histoire de l’humanité.

* * * 


L’approche scientifique qui guide notre démarche 115 % bio d’un sérieux imperturbable dans la mise à jour de certaines biographies nous conduit aujourd’hui à prendre un peu de hauteur.
Après une recherche touffue digne de la jungle amazonienne, nous sommes à la fois entaillés aux deux pouces, moites et en mesure maintenant d’apporter certaines précisions utiles sur la vie de quelqu'un dont on parle peu, tellement trop peu, en réalité absolument pas du tout.   

Pour des raisons obscures et échappatoires, rien –absolument rien - ne rappelle ces temps-ci la mémoire de Clément Ader.

Celui qui, dans l’imaginaire collectif, reste un pionnier de l’aviation, du manche et du balai réunis, ne souffrait absolument pas d’une maladie de peau , n’a pas connu les Rougon-Macquart.   

Il est certes mort, comme beaucoup, et l’on peut penser - hypothèse plausible - qu’il serait vraisemblablement de nos jours un  « confrère » puisqu’il n’a pas lésiné à prendre des notes et croquer des croquis durant ses travaux et autres calculs.

Oui, il tiendrait sûrement un blog moteur sur hautetfort d’autant plus facilement qu’il aurait préalablement retiré ses gants et ses lunettes, refait le plein, vérifié le niveau d’huile et que l’écran de son ordi ou de sa tablette seraient par ailleurs étanches. Sans oublier bien sûr son poêle à bois parfaitement entretenu et sa machette en hauteur parfaitement hors de portée des plus petits.. 


Si Ader, Clément de son prénom, n’a jamais eu l’intention de devenir pape avant 1978, ni après, il n'a pas plus songé à changer de prénom pour s'appeler Kader et encore moins Autrement.

Interrogé sur ce point, François II (qui remplaçait Français Ier occupé à Marignane) déclara en interview dans la Marseillaise « Mais cela ne l’a pas empêché de décoller tout le papier peint».

Et puisque nous y sommes, précisons au passage qu' Ader n’a jamais porté le sombrero, ce qui n’étonnera personne, il n’était pas mexicain même si certaines sources attestent qu’il adorait les lentilles. Tordons aussi le cou à la question éternelle :

-         Il est né dans la Drôme Ader ? 

-         Ah non ! 

-         Vous me rassurez ! Je me disais bien aussi … Ader ? Angers.

-         Non plus.



Mais revenons sur le champ au début et à nos moutons. 



L’école ne le passionne pas. Indiscipliné, il est difficile ou impossible de voir Ader rangé. Il a plutôt la tête dans les nuages. C’est là que baille Ader qui , mollement motivé, préfère blaguer tout en donnant le change en douceur : Ader rit sage. 
Pas très sympa avec ses potes, et déjà travaillé par les oiseaux, il est moqueur, sans doute se prend-il pour un merle : Ader raille. Il illustre fort peu son prénom te ne fait rien pour calmer le jeu. Ader attise. 
Mais il finit par redescendre sur terre et l’on constate (de son point de vue) à quoi s’abaisse Ader : il finit par savoir lire.
Avec tout ça, il fallait s’en douter, son orientation  professionnelle a comme d’habitude posé rapidement de gros problèmes à ses parents.Il se signale par des expériences -avec tout ce qui lui tombe sous la main- qui gênent le voisinage bruyamment. Injustement accusé selon lui, plus d’une fois cela mit en pétard Ader. Et pris sur le faîte, on verra plus d’une fois Ader nier.

Ses parents ne s’installent pas à la campagne, ils y sont déjà. Et, s’ils possèdent des terres, ils ne pensent qu’à s’envoyer en l’air. Preuve que Clément est bien leur fils.

Et rassurez-vous: comme les autres, Ader tond, très exactement 40,195 kilomètres de pelouse par semaine.

Les témoignages des jardiniers abondent sur sa tâche accomplie sans faillir : « On a encore vu Ader hier ».


Mais cela ne dure qu’un temps comme aurait pu le prévoir n’importe quel visionnaire de la trempe d’Élisabeth Téchiée, de la claque de Madame Sommeil ou de la bande Velpeau à Asimov. 


Ader est en âge de filer à Paris, preuve qu’il ne manque pas d’air. Il le fait d’autant plus facilement qu’il n’a aucune raison de se souvenir qu’il est mexicain en ne l’étant pas, ce qui n’empêche nullement de le ranger dans la catégorie des grands pragmatiques.Sur place, malgré ce qu’on lui a seriné, il pense que voler c’est bien plus beau, surtout sur l’eau mais plutôt à l’huile.

Mais il doit récolter des fonds, ce qui oblige à une nouvelle escale Ader et fait dire qu’il n’est pas né celui qui verra Ader hâter le mouvement. (Sic.)
Là, quitte à ce qu’on pense qu’ Ader rouille, il s’installe au bord de l’eau et fabrique quelques engins flottants pour les plaisanciers, lesquels se félicitent des barques Ader et sont loin de trouver Ader rance.


Cela ne dure qu’un temps, car il faut en faut bien plus.  

Dans les cafés et les tripots, où part Ader à la tombée de la nuit, il remporte quelques tournois richement internationaux richement dotés.Un soir, Ader bat Idjan. Lors de ses virées, pourquoi s’en priver, il boit sec et c’est en grand amateur de cognac que lampe Ader. Nouveau témoignage : « il vide barrique sur barrique, Ader ! » (anonyme).

Et comme souvent on peut se demander quelle longévité il aurait eue s’il n’était pas mort juste avant.

Et la suite, en gros, sa mort, n’est qu’histoire et je n’en dirai pas davantage.

C’est l’âme qu’Ader rend.
Il s’éteint à Toulouse et c’est, une fois n’est pas coutume, pour une mort rose qu’embarque Ader.

mardi 11 novembre 2014

samedi 8 novembre 2014

Prometteur


De passage à la médiathèque comme régulièrement le samedi matin, je me suis retrouvé joyeux d'y rencontrer la belle effervescence d'un lieu abondamment fréquenté.

J’arrive, comme très souvent, avec ma « petite liste » , celle dont je m’empare  au fond de ma poche une fois les retours de prêts effectués.
Aujourd’hui pourtant je commence par du hors liste et choisis deux cd  (Trilok Gurtu –Spellbound et  Henri Texier -Alerte à l’eau) avant de partir dans les rayons livres.
J’y prélève un roman de Patrick Modiano qui ne figure pas sur mon petit bout de papier alors que j’avais noté huit titres de cet auteur.



Prélevés dans le magazine Lire de ce mois-ci , ils figurent dans le dossier qui est consacré à l’écrivain, Prix Nobel oblige.
Les titres recommandés ne se recoupent pas avec ceux que je peux trouver à la médiathèque, de plus certains ouvrages sont sortis. Je m’adapte donc et c’est ainsi que je ressors avec Une Jeunesse. 
Ce sera mon « premier Modiano » !  Jusqu’à présent, l’auteur n’avait jamais croisé mes écrans radar, rien de personnel, mais cela s’explique par la distance importante que je maintiens dans mes choix vis-à-vis des prescriptions, récompenses et prix de toutes sortes.
Là, j’ai envie de me faire une idée.
Au moment de partir, puisqu’il semblait qu’aujourd’hui le hors liste (ou le hors piste) serait la règle, j’ajoute dans ma besace un titre de James Sacré « La poésie, comment dire ? »…

Tout un programme ! 

jeudi 6 novembre 2014

Chauffe !


Marcel Cerdan donnait et prenait des coups 
Toujours équipé de son protège-dents
Dans son sport où dansent les voyous
Bombardant sans prendre de gants 
Il frappait cognait partout  
Mais l’avion l’accident
Un ko debout  
Marcel Cerdan
A genoux     
Perdant   
Tout



Quelques explications ici
Et d'autres en préparation...

mardi 4 novembre 2014

vendredi 31 octobre 2014

Littéralement : imagé.


Elles se nichent ou se dénichent au détour 
d'un regard, d'une vue, d'un coup d’œil. 
Sans un mot, les lettres veillent sur nous. 


A table !


On peut se retrouver parfois le B dans l'eau.


C dans l'os ! 

D ? gonflé ! 

Heu...E.



Dans la pierre, au moins, l'F fort visible.


J'avoue que G eu du mal pour celle-ci.  



H'ment balaise.



Le I n'était pas loin, ni son point.


J monte ou J monte pas ?


un K composite... mais pas limite.

Ombre L.


Dans OMBRE il y a un M.


Le N de bateau m'a aidé à naviguer.


Oh, plusieurs ronds pas dans l'O !


P perché, pause peut-être profitable... 


Ne pas s'avouer vain Q. 


Les cordages sont bien en l'R.


Aidé du 8 et du jardinier, le S finit par sourdre. 


Le pont et le T, une vieille histoire. 
( Penser à vérifier et si besoin changer les piles)


Maquette contient la lettre U: contrat remplu.


Victoire, j'ai le V.

Non loin de là, doublons la mise : W.

Soyons sous cet abri incognito, mesdames et messieurs X.


Y ou merci les arbres.

Le Z n'est pas celui de Zoo.

edit pour paul(A) 
le Z