lundi 31 mars 2014

Cinq ou Six lignes sur...

The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson. 

Nous avons passé un excellent moment dans l'univers joueur du cinéaste après le périple apprécié du Darjeeling Limited en Inde. L'histoire de ce concierge , Monsieur Gustave, parfaitement campé par l'excellent Ralph Fiennes nous entraîne de rebondissements en courses poursuites sur un ton décalé dans des décors hauts en couleurs ! Décalage aussi dans les discours châtiés et policés, dans l'étiquette,ce qui n'empêche nullement les pires exactions. Sur fond de guerre, jamais surligné, présent pour qu'on ne perde jamais l'idée que ces péripéties cocasses et absurdes ne tiennent qu'à un fil. Tous les acteurs sont excellents et déchaînés !

6 commentaires:

  1. gags loufoques, poésie et fantaisie pour un feu d'artifice virtuose. et l'image! ah l'image, chaque plan est un vrai tableau.
    ( préférer la VF si VO mal comprenant, car à lire le texte des sous-titres on perd l'image et c'est dommage)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. VO/VF: Sentiment partagé par madame K qui m'en a parlé après le film, beaucoup à lire !
      Ce qui m'étonne aussi c'est que chez Anderson ce travail poussé sur l'image me convient très bien, alors chez Jeunet ( pas mal cité dans des comparaisons par ci par là) ça m'insupporte totalement !!

      Supprimer
    2. K,
      Je crois que le travail d'Anderson n'a rien à voir avec celui de Jeunet. Chez le premier, l'image, le décor sont là pour servir l'histoire, mais ils ne la remplace pas. Les détails suggèrent sans être explicites, d'où cette impression qu'on pourrait voir le film à de nombreuses reprises, on y découvrirait toujours quelque chose. Chez Jeunet, c'est le contraire : l'image signifie, elle illustre. Cela peut parfois donner de beaux moments (il y a quelques jolies scènes dans Amélie Poulain) mais cela peut aussi irriter le spectateur qui a du coup l'impression qu'on cherche à le guider par la main parce qu'il n'est pas capable de comprendre tout seul.

      Supprimer
    3. Tu as parfaitement analysé.
      Et cela me remémore qu' Amélie Poulain est dans le top 5 de mes films les plus détestés de tous les temps !

      Supprimer
  2. Bonsoir K, même si j'ai moins aimé que Moonrise Kingdom, c'est un film à voir rien que pour Ralph Fiennes et le jeune acteur qui joue Zéro. En revanche, le lien avec Stefan Zweig m'échappe. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Il nous faudra décidément faire le rattrapage Moonrise Kingdom !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer