jeudi 20 mars 2014

Crépusculaire

ADIEUX


Entre mon amour et moi se lèveront
trois cents nuits comme trois cents murs
et la mer entre nous sera une magie.

Il n’y aura que des souvenirs.
Ô soirs mérités par la tristesse,
nuits dans l’espérance de te voir,
champs de mon chemin, firmament
que je perçois et que je perds…
Définitive comme un marbre
ton absence attristera d’autres soirs.



Jorge Luis Borges, Poèmes d’amour, Éditions Gallimard, Collection Du monde entier, 2014, pp. 20-21. Édition bilingue. Avant-propos de María Kodama. Édité, préfacé et traduit de l’espagnol (Argentine) par Silvia Baron Supervielle. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire