mercredi 5 mars 2014

Pédiluve

Jeff Copo, le taulier du PMU, amateur de trempette dans des piscines louches, m’a encore bien fait rire ces jours-ci.
Très jaune certes, mais rire.
Avec ses tambours crevés et ses trompettes bouchées, il s'était réuni pour jouer le grand hymne de la transparence, et – comment en douter une seconde - n'était prévue aucune réponse de fond bien sûr à la question posée, grâce à des pseudo-propositions au mieux nuageuses au pire fumigènes.  
Du VENT.
Pathétique. De la contorsion qui à priori devrait l’enfoncer irrémédiablement dans les sables mouvants. Non seulement, il triche et ment, enfin tout ce que vous voulez mais en plus il est mauvais acteur. Un De Funès laborieux empêtré dans le bourbier de ses gags nuls. Une tête à claques qui se drape dans une dignité effarouchée de pacotille. Blessé il est. J'en pleure pour lui, je suis tout ému. 

Alors, on pourrait en dire et en redire à propos de ce spécialiste de littérature de jeunesse, accessoirement testeur de piscine et expert mondial en viennoiserie.
Deux points ne manquent pas de me questionner : 
Pourquoi les journalistes ou supposés tels couvrent-ils ce type de mascarade, car on peut imaginer qu’on pourrait le laisser simplement se débrouiller avec sa pauvre allocution ? 
Ensuite, malgré cette impressionnante série de casseroles qui ferait passer n’importe quel colporteur consciencieux pour un charlatan inconséquent arracheur de dents- il va y avoir encore et encore des zélés-cteurs à Meaux dès la fin du mois pour glisser un bulletin à son nom dans les urnes.

Dépassé.

Je suis dépassé.

3 commentaires:

  1. ... Et maintenant, le Buisson ardent !!... Un essai à écrire, tiens, je fournis le titre : "Du potentiel comique de la droite française". On rit déjà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponses 2 en 1 : Après Copo, Buisson, il semble bien qu'on a déjà trop "ri" !

      Supprimer