dimanche 2 mars 2014

Soyons taquin

...comme une fausse suite du billet précédent !

Permettez ici que j’use,
Sans que j’abuse
De coups d’arquebuse,
De toutes mes rimes recluses
Du fond de ma cambuse.
Encore faut-il que ça infuse,
Comme du temps qui s’use,
Sans articulation percluse
Qui d’écouler le flot refuse.

Que ça ne tourne pas à la confuse
Série compilée de clichés de buse,
Foire aux idées loufoques qui fusent
Sans raison avec rimes abstruses
Quand ton pied de nez diffuse
Et révèle une clarté obtuse
Ce pied de trop, c’est rater l’autobuse
Et le ver dans le nez t’accuse

(Tu t’es frotté tant que tu te cactuses
Toute honte incluse
Dans ces cas-là on t’olibriuse
Et que l’on t’omnibuse
Si ce n’est trolleybuse
Pas d’excuse :
la maréchaussée te stradivariuse
Enfui ton beau rêve que tout se Vénuse)

Allez, ouvrir vannes, passer écluses
Dénicher la rime intruse
Les préférer dans mes filets profuses
Rester prêt à toutes les ruses
Sans que mon cornemuse
Ni ne s’émousse l’âme ou ne s’use
Car toujours un rien ma muse
Que je pars taquiner l’amuse.



2 commentaires:

  1. Des vers de mirliton! de l'arnaque!
    Que cette poèsie foutraque
    Que tu nous livres tout à trac !
    Je prends mes flics et mes flacs
    Et amusée les ajoute à ton micmac.
    "Suis mégalomaniaque ?









    RépondreSupprimer
  2. "Des vers de mirliton! de l'arnaque!"
    Il y a de ça en effet !

    RépondreSupprimer