mardi 4 mars 2014

Tel un tapis, tapis volant

La vie quand elle rime à quelque chose, même les mémés aiment la castagne. 
Tu verras. Les tiens seront noirs ce s'ra rigolo ... d'échapper au mal avec des mots. 
Je vous guérirai :  quand le jazz est là... 
Dansez sur l'écran noir de mes nuits blanches, le feu raconte des histoires.
Ici tu vois tout est sauvage, de blancs éléphants m'aspergeaient de mémoire.
Je veux tomber en poussière, il se peut que je couve un Igor Stravinski.
O déesse de pierre, j'ai plongé dans la vie, on revoit nos amours dans le temps.
J'ai d'la flotte plein les yeux, le soir de mes funérailles.
A travers mes paupières entrouvertes
L'air bleu

(c) extraits empruntés bien sûr à Claude Nougaro



Nougaro.
Le temps passe. Vite.

Raison de plus pour s'arrêter.
Ici.
Belle version. 
Maurice Vander au piano, chapeau. 

Un bonus ? 
Tiré de Locomotive d'or, album de 1973, 
une perle assez peu connue : 




12 commentaires:

  1. pour faire écho au pommier du paradis , un extrait (de circonstance) de la prière pour aller au paradis avec les ânes de F.Jammes,
    j'imagine bien Nougaro la chantant:
    "Lorsqu'il faudra aller vers vous, ô mon Dieu, faites
    que ce soit par un jour où la campagne en fête
    poudroiera. Je désire, ainsi que je fis ici-bas,
    choisir un chemin pour aller, comme il me plaira,
    au Paradis, où sont en plein jour les étoiles.
    Je prendrai mon bâton et sur la grande route
    j'irai, et je dirai aux ânes, mes amis :
    Je suis Francis Jammes et je vais au Paradis,
    car il n'y a pas d'enfer au pays du Bon Dieu. "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très possible dans l'album Récréations par exemple.

      Supprimer
  2. Bonjour K, et oui, ce matin, ils en parlaient à la radio: 10 ans déjà que Nougaro est parti... Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Dasola.
      J'ai écouté quelques reportages ou émissions sur France Bleu et France Culture.

      Supprimer
  3. Quelqu'un de très particulier, mais il avait de la personnalité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une singularité qui fait - à tort à mon avis- qu'il est souvent l'oublié de service dans les très grands de la chanson (Brassens, Brel, Ferré pour ne citer qu'eux).
      Un côté défricheur/novateur pour les rythmes et les formats.
      Une oeuvre qui va se bonifier encore et encore, c'est déjà commencé !

      Supprimer
  4. On s'attarde ici et là, on quitte mais on y revient par le raccourci pour le retrouver au plus vite.
    Oui, pourquoi cette sorte de mise à l'écart? On en perd son latin et sa poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a aussi brouillé les pistes en quelque sorte en étant souvent plus là où les "formules" l'attendaient.
      Se renouveler toujours.

      Supprimer
  5. Et oui, quand le jazz était là...

    RépondreSupprimer
  6. Grâce à lui, parmi d'autres, le jazz est toujours bel et bien là chez moi !!!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour K, écouter ces 3,32 minutes avant de partir au boulot: merci. C'est vraiment bien. Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola, tu m'en vois ravi !
      Bonne continuation !

      Supprimer