mercredi 19 mars 2014

Travail de fond

LE TERRIL



le 
terril
bruisse ça
court ça saute
ça rampe ça siffle

lapin crapaud calamite
pinson des arbres pouillot
véloce mouette rieuse martinet
noir le terril bruisse ça plane ça
vole ça tape pic vert merle à plastron
hirondelle de rivage guêpe bondée apivore
le  terril  bruisse ça crie ça chante  lézard  des
murailles mésange héron libellule mouche moustique
le terril  bruisse  ça court  ça saute ça  rampe ça  siffle
pic épeiche machaon criquet à ailes bleues traquet motteux
tourterelle  le  terril bruisse ça plane ça vole ça tape  ça  crie
ça vit ça chante ça vole ça roucoule ça vit ça plane ça vit sa vie





(c) Lucien Suel, « Les terrils », Je suis debout, 
Poésie, La Table Ronde, 2014

4 commentaires:

  1. À peine je tourne le dos quelques jours, et hop, une belle surprise: des poèmes, des poètes surtout de moi inconnus (sauf Borgès bien sûr).
    Les terrils, image très présente dans la Belgique natale; abandonnés, ils bruissent et sont habités oui, de tous ces hôtes cités.
    Me fait fort plaisir ce poème, merci K.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui nous donne, en pensant à ton Espaces instants où je découvre aussi, un bel échange de bons procédés ! Merci.

      Supprimer
  2. Oui, quelle avalanche de poèmes ! Bien fêté ici dans les interférences, ce printemps des poètes.
    Quant au terril de Lucien Suel, il me donne envie d'en faire une réécriture à la manière de Zazipo, avec un crassier (terme employé ici à Saint-Etienne), mais il faudrait que je retourne d'abord en gravir un (je ne les ai vu qu'en hiver) pour me rendre un peu compte des bruissements !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH la crassier mériterait bien ça, oui !

      Supprimer