lundi 28 septembre 2015

31 La limace est un risque

Les mots :



Lorsque je lis la série des 7 mots, la facilité et l’évidence pourraient entraîner des trivialités qui sous couvert de malice ne pourraient bien être que des limaces bien visqueuses et plutôt glissantes. Moultes lignes rédigées pourraient fort bien s’entremêler en des nœuds de tous acabits sans pour autant garantir l’orgasme au lecteur même le mieux disposé. La provocation n’est pas tout, sans doute, et s’y embarquer pourrait causer quelques avaries dont la quille ne sortirait pas intacte.
Voilà le risque !

vendredi 25 septembre 2015

Surgissement


Peut-être que cela vous le fait aussi ? 
Parfois un morceau de mélodie,  des bribes d'une chanson, 
un bout des paroles s'en vont, s'en reviennent ... 
ils ont surgi je ne sais d'où mais il ne me reste dans ces cas-là 
qu'une solution, retrouver le disque, le sortir et écouter.




Peter Hammill 
Wilhelmina
1974 
The silent corner and the empty stage

jeudi 24 septembre 2015

Circulaire


lundi 21 septembre 2015

30 Une escarpolette pour le koala

Les mots : 




Chers lecteurs, voici la solution du jeu des 7 erreurs de la semaine dernière :  

© photo prise à Paris, au Petit Pont, vers 1960 par Izis alias Israëlis Bidermanas 


1- L’escarpolette sur le porte-bagages a disparu.
2- Le « d » du graffiti est plus flou. 
3- L'erreur de grammaire sur la majuscule n'y était pas. 
4- Le passant qui s’était tordu la cheville dans le trou du trottoir et houspillait les services de voirie a disparu.
5- L'insanité des blattes a fait place à l'insalubrité et aux fourmis. 
6- Le fantôme n’avait pas un regard joyeux. 
7- Le koala a été remplacé par une coccinelle. 



jeudi 17 septembre 2015

Vous auriez pu y échapper...

 

(c) Morris-Goscinny
 X X X

(c) Binet
X X X


(c) Goscinny Uderzo

lundi 14 septembre 2015

29 Xylographie en douceur

Les mots






(c) Hergé

samedi 12 septembre 2015

Deux fois


Myra Melford, suite ...
Encore un bon moment et 
une autre facette avec un groupe au nom fabuleux : Same River Twice.
Dave Douglas - trumpet, 
Chris Speed -  tenor saxophone, 
Erik Friedlander - cello 
Michael Sarin -drums

jeudi 10 septembre 2015

At night...


Pour la "reprise" de cette catégorie, il me paraît judicieux en cette "rentrée" de mettre en avant un album que j'ai beaucoup écouté ces deux derniers mois.
Un morceau très posé auquel vous serez je l'espère sensibles.  

C'est tiré de l'album de Myra Melford "Snowy egret, on le trouve en plage 2 : 
Night of Sorrow 

 


Liberty Ellman — guitar
Ron Miles — trumpet
Stomu Takeishi — acoustic bass guitar
Tyshawn Sorey — drums
Myra Melford — piano, harmonium

lundi 7 septembre 2015

28 La queue du winch

Les mots




Lorsqu’il s’agit d’utiliser le mot queue
J’essaie de ne pas en venir aux pires extrémités :
un usage peu glorieux
que je finirai par regretter.

N’en déplaise aux esprits retors
Dont je vois pointer le désaccord 
Certaines facilités me donnant des remords
je les écarte de prime abord.

Je tente donc -par principe-
De m’éviter tout douteux trip
Et de réfléchir plus haut que le slip,
sacré nom d’une pipe !

N’y voyez aucune posture intime  
Pudidonderie et tout le toutim
Seulement une question d’urticaire 
Démangeaison ou réaction salutaire.

N'ayez point à l’esprit l’idée 
De vierge effarouchée
à la pensée de poser verge
Sur un papier aux  berges vierges

Cessez les conjectures capillotractées
A grands tours de winch
vous finiriez piégé et dérangé !
Cessez ou j'appelle David Lynch ...

vendredi 4 septembre 2015

Aperçu d'intervalles


J'ouvre septembre en laissant l'été entrouvert.
Après la  pause estivale, bienvenue, appréciée et profitable, voici en guise de remise en selle progressive où je renfourche mes mots-vélos, quelques lignes et petites confidences qui ne doivent surtout pas vous faire penser que je vais me répandre et me vautrer dans le pipole !
Je bricole ça maison avec des bouts d’alphabet, quelques entrées verront des recoupements :
A comme anniversaires,
cette année nous avons regroupé tous les anniversaires de la première moitié d’année le 18 juillet lors d’un week-end qui permettait qu’on se retrouve tous les cinq à la maison. Echanges de cadeaux et bonne cuisine au menu ! Depuis ce jour je cours désormais « connecté » ce qui me modernise considérablement, soyons franc.

B comme balades, 

celles du voyage à Nantes, ou autour de et à Gourdon, ou encore du côté de Saint-Brévin… Bons moments sans temps contraint. Beau temps.

D comme disques, 

l’été, je réécoute pas mal dans toutes les directions. Je ne m’étendrai pas. Deux suggestions toutefois : j’ai fait connaissance de la pianiste Myra Melford avec « Snowy Egret » que je recommande chaudement.
Enfin – mais hélas également- Angel of the Presence, un superbe album en trio avec le pianiste John Taylor, Martin France et Palle Danielsson  (batterie et contrebasse) m’a permis en un sens de rendre hommage à ce cher John Taylor qui nous a quittés cet été. C’est indiscutablement l’un de ses plus beaux disques. 

E comme excellentes, 

les mirabelles récoltées cette année sur notre prunier qui avait fait une pause l’an dernier (zéro prune), un peu comme une année sabbatique… 

F comme Famille, 
une partie d’entre elle s’est retrouvée dans le Lot entre le 15 et le 22 août. Excellente semaine, un très bel endroit et une météo parfaite. Alternative intéressante à Noël.

H comme hallucinante, 

lors de notre trajet vers le Lot, une engueulade maison sur une aire de repos ( !) entre deux femmes – très vraisemblablement de la même famille -  qui se sont jetées comme du poisson pourri en donnant un « spectacle » qui a passablement interloqué les voyageurs faisant comme nous une pause… (question : leurs conjoints respectifs s'étaient-ils déjà entretués ... ?) 

I comme inédit : voir H.


J comme jazz, 

jamais bien loin évidemment, avec un week-end escapade à Longeville sur Mer en Vendée le 1er août où nous avons apprécié le projet NAGA de l’excellentissime Alexandra Grimal. C’était une deuxième pour moi, et j’espère fermement les revoir. 

K comme … je vous laisse chercher. 


L comme livres, 

encore et toujours, coloration anglo-saxonne cette année avec Irving, McEwan, Russell Banks, David Peace… J’en parlerai en fin d’année puisque je tiens la liste de mes lectures cette année.

M comme Mulhouse, 

où la « petite dernière » sévira ces prochaines années, dans la chimie… Ce fut l’occasion d’un aller retour « logistico-installatoire» courant août. Et caniculaire.

N comme Nougaro, 

que mes filles ont chanté en voiture dans le Lot spontanément quand je passais le cd compilé. Avec « Petit taureau » en haut du hit parade. Souvenirs d’enfance et de longs trajets passés. Et ça m’a rendu heureux très fort.

O comme organisation, 

celle du séjour dans le Lot a été excellente et menée de main de maître par my wife. Chapeau bas. Bravo. Bises.

P comme pétanque, 

bon sang me suis-je dit, en pointant, cela faisait combien d’années que je n’y avais pas joué ???  Cela pourrait bien remonter au siècle dernier ! Je vais peut-être tirer finalement... 

R comme Rendez- Vous de l’Erdre, 

notre actualité traditionnelle du dernier week-end d’août, quand le parfum des vacances se dissipe progressivement car il y a … lundi ! 
Cette année nous y sommes allés avec un couple d’amis. Ce fut donc, le vendredi soir, une très bonne deuxième moitié de concert avec Baptiste Trotignon en trio (avec Thomas Bramerie contrebasse et Jeff Ballard batterie), le début s’étant révélé soit hésitant, soit convenu, soit «pantouflard». Heureusement ils ont lâché les chevaux après !
Ensuite on s’est passablement ennuyé et on a décampé sur le projet de N’Guyen Le sur Pink Floyd /Dark side of the Moon : pataud, dévitalisé, bref… emmerdatoire.
Par contre samedi au Lieu Unique excellent concert avec Airelle Besson trompette, Isabelle Sorling voix, Fabrice Moreau batterie et Benjamin Moussay claviers : courez-y !
Et du blues le soir avec un personnage roboratif Sugaray Rayford, un spectacle à lui tout seul ! 
Le dimanche … Pierrick Lefranc puis l’ONJ italien – deux styles très différents - nous ont amené également de beaux moments. En gros, aller un festival ça se "travaille" et ça permet des découvertes, des confirmations, du jazz, du blues avec –un peu- de bière !!!

S comme sport, 

juillet et août m’ont permis de conserver ma régularité de pratique de la course à pied , j’y suis souvent allé tôt le matin – un plaisir- pour deux ou trois séances par semaine, et chaque fois environ 10 kilomètres de distance moyenne.Reprendre, il y a presque un an après quelques déboires articulaires (genou gauche) -et tenir- est une belle satisfaction personnelle.

T comme trois cent soixante six alphabétiques, 

dûment programmés fin juin , qui m’ont permis d’être «absent-présent» ! La suite et la fin seront publiées chaque lundi jusqu’en mars 2016 ! 
On est à la moitié là, non ? 

V comme voilà c’est tout pour cette fois-ci.


Z comme Zéro, la « nouvelle saison » c’est parti !