vendredi 29 avril 2016

La ballade de l’employabilité




Comme de petites annonces cryptées,
Billet compagnon de la complainte des mal chaussés
Les deux font-ils la paire ?

- - -
  
Ambulancier imitant le gyrophare
Architecte habitant la maison qu’il a dessinée
Acteur sachant ne pas se décomposer
Boucher ne se laissant point abattre 
Cascadeur ne s’étant jamais fait doubler
Chauffeur n’ayant pas froid aux essieux
Déménageur faisant carton plein 
Détective ayant toutes les clés du mystère
Fleuriste sachant compter fleurettes
Frigoriste rigoureux par grand froid
Gendarme détestant Saint-Tropez
Horloger gérant les temps morts 
Huissier plein de justesse
Interprète sachant tenir sa langue
Jardinier sachant planter des clous
Journaliste n’en loupant pas une
Luthier faisant son de tout bois
Maçon reconnaissant pied du mur
Navigateur au long cou 
Opticien aux petits soins de près comme de loin 
Pharmacien connaissant hiéroglyphes
Plombier imitant les perroquets
*Podologue ne sentant pas des pieds 
Restaurateur impossible à cuisiner
Serrurier aimant le porte à porte
Sommelier conseillant sobrement
Technicien de surface tout sauf superficiel 
Urgentiste jamais dans l’étang
Viticulteur connaissant fûts pour canons
*Wattman ne se prenant pas pour Batman
*Wattman fan de de Drôle de Tram
*Xylographe greffant rêves sur bois des chevaux 
*Yaourtier amoureux d’une yaourtière  
*Zingueur écoulant chats de gouttière


* NB: Suite à certaines réclamations (voir commentaire 2) compléments apportés ce même jour à 12h50.

jeudi 28 avril 2016

Devis ou estimations...


On peut considérer  
Les impôts
Cibles

Imaginer
Les excès
Crables

Estimer
Les effets
Mérides

Recommander
Les ires
Responsables

Eviter
Les super fêtes
A Thouars

Déconseiller  
Les suppôts
Zitoires

Envisager  
Les comptes
En porain

Penser
Les mots
Lusques

Deviner
Les eaux
Bélisques

Juger
Les taxis
Dermistes

Trouver
Les Incas
Pables


mercredi 27 avril 2016

Q comme Qazaq /S comme ...

Depuis l'an dernier je tiens à jour ma liste annuelle de lectures, je la publie ensuite ici avec, pour certaines d'entre elles, un petit mot ou résumé sur ce que j'en ai pensé.
J'ai noté que pratiquer de la sorte m'avait conduit à ne rien "publier-partager" dans l'année. 
Je vais donc tenter d'y remédier de temps à autre. 
Mais sans aucune promesse de régularité, attention ! 



Je savais que tôt ou tard je relirai Lucien Suel...
 Après Mort d'un jardinier, Je suis debout, La patience de Mauricette, Blanche étincelle -que je recommande tous chaudement - j'ai dégusté ceci :




Disponible pour le moment chez Qazaq par téléchargement, on y trouve trois nouvelles.
De la plus belle eau, du plus beau vent.

En voici les lignes de présentation :

La Mer du Nord est le personnage principal du texte éponyme, variations incluant les plages et les routes maritimes, les tragédies et les jeux d’enfants, les fermes aquacoles et les radios pirates… 
Un aller simple pour Roubaix, en un récit poignant, donne la parole au jeune Albert Decouvelaere dont la famille quitte la campagne flamande à la fin du dix-neuvième siècle pour s’embaucher dans les filatures naissantes. 
La mort en duplicata de Rupert Sorley commence au printemps 1918 dans les tranchées entre France et Belgique, continue pendant l’invasion allemande de 1940 et trouve sa résolution finale en 1960 dans un pub de Cardiff.

Si chaque nouvelle a ses qualités propres (la troisième par exemple avec ce que je perçois comme une belle part d'étrangeté), j'ai été vraiment emballé par le récit du jeune Albert Decouvelaere. 
"Un aller simple pour Roubaix" permet de (re)trouver et d'apprécier une écriture, ce style limpide qui nous embarque de tout cœur avec le jeune Albert. 
Une aventure humaine, un passage, un parcours sans pathos où rien n'est surligné.
J'apprécie au plus haut point l'absence d'effets de manche, une épure où me semble-t-il l'émotion vraie naît des mots posés et ajustés avec un soin patient, de ce qu'ils nous décrivent et racontent. 
Superbe ambiance, tendre et attentive. 
Cet aller simple mérite le détour et j'envisage déjà des retours pour y retrouver et puiser quelques passages... 

mardi 26 avril 2016

Les chances sont très fortes

pour que "vous me trouviez" par là ...
En effet lorsque je lis la programmation de Vague de Jazz 2016, je me dis qu'à priori je serai dans le secteur à ce moment-là !
Faites-moi signe , si le coeur vous en dit.
Chiche !



 

14ème édition Côte Sud Vendée Du 25 au 31 Juillet
Les Sables d’Olonne, Jardin du Tribunal
26/07/16 : 
Maïa : Patrick Charnois/Franck Vaillant/Matthieu Naulleau.
Duo : Louis Sclavis/Benjamin Moussay.

27/07/16 : 
White Desert Orchestra/Eve Risser/Sylvaine Hélary/Antonin-Tri Hoang/Benjamin Dousteyssier/Sophie Bernado/Eivind Lonning/Fidel Fourneyron /Julien Desprez/Fanny Lasfargues/Sylvain Darrifourcq.

28/07/16 : 
Un poco Loco : Fidel Fourneyron/GeoffroyGesser/Sebastien Beliah.
Iko Dukui : Sophie Bernado/Rafaëlle Rinaudo/Hughes Mayot.
Trio Michel Portal/Vincent Peirani/Emile Parisien.

Mareuil sur Lay, Caves J. Mourat
29/07/16 : 
Louis Sclavis/Théo Ceccaldi.

Longeville sur mer
30/07/16 : 

Maison du Marais : 
Duo Fidel Fourneyron/Florian Satche

Espace Culturel : 
Conférence de Fred Goaty. Exposition de photographies Louis Sclavis.

Espace Culturel : 
Atomic Spoutnik/Valentin Ceccaldi/André Robillard/Robin Mercier/Théo Ceccaldi/Roberto Negro/Florian Satche/Adrien Chennebault /Gabriel Lemaire/Quentin Bardiau/Jean-Brice Godet/Guillaume Aknine/Jean- Pascal Rethel.
31/07/16 : 
Espace Culturel : 
Elise Dabrowski/Sébastien Béranger.
Duo Leïla Martial/Valentin Ceccaldi.
Can you hear me, tentet de Joëlle Léandre/Jean-Brice Godet/Jean-Luc Capozzo/Christiane Bopp/Alexandra Grimal/Théo Ceccaldi/ Séverine Morfin /Valentin Ceccaldi/Guillaume Aknine/Florian Satche.

samedi 23 avril 2016

Apulée



J'avais fort envie de partager cette référence 
chez ZULMA, une revue plutôt étincelante, parue en février,
que je vais déguster à petits traits 
toute l'année puisqu'elle est prévue ainsi, 
un numéro par an !
La ligne éditoriale et les noms des contributeurs sont plus qu'attractifs.
J'en reparlerai sans doute...

jeudi 21 avril 2016

Supplément de bagages



Avocalises : effets oratoires qui peuvent sonner faux
Bocalfeutré : pot insonorisé et isolé.
Hiboulimique : qui se jette férocement sur la nourriture la nuit.
Illétrésorier : employé qui ne lit que les chiffres, et ça tombe bien.
Menthologie : florilège de mensonges
Amalgameçon : ustensile de pêche, universel, qui permet d’attraper tout absolument tout
Précipistolero : tueur qui dégaine plus vite que son ombre
Intempéripétie : événement météo qui oblige à reporter une manifestation prévue en plein air
Souvandalisme : destructions répétées
Hallucinogénuflexion : une manière de penser avec les genoux qui provoque des visions ?
Indélébillevesée :  sottise profonde
Pinsoluble : instrument pour la peinture invisible
Balthasardeux : très très incertain, hautement aléatoire.
Calvairesification : grande difficulté d’inspiration du poète, qui perd pied.
Esquimollusque : glace enrobée de chocolat qui fond très rapidement
Galaxatif : spectacle où on se fait chier
Caoutchouette : rapace souple
Hydrogénéral : qui contient la molécule des chefs
Mermozart : chef et compositeur virtuose qui peut poser son orchestre n’importe où. 

mercredi 20 avril 2016

Réalisme magique ?

Superbe documentaire vu en différé sur Arte...
Extrait d'entretien :  
...
- (...) je trouve injuste de mourir, c'est une trahison (...) ce qui compte c'est la vie, être vivant...
- mais comment l'éviter ?
- en écrivant.
(Gabriel García Márquez).

C'est peu dire qu'il y est parvenu.

lundi 18 avril 2016

Out of thin air


Dimanche matin presque onze heures
Instantané course à pied
Air frais et bon soleil 
Traversée du bois
Chemin qui longe une mare
concerto ou concert tard ?
Les grenouilles coassent
Pas loin de mes godasses

samedi 16 avril 2016

La complainte des mal chaussés

L'apiculteur était malheureux
La boulangère collectionnait les croûtes
Le charcutier aimait les films cochons 
La dermatologue n'avait pas de pot
La documentaliste était amnésique
L'écrivain faisait trop d'histoires
Le forgeron n'aimait pas les proverbes
La garagiste faisait des concessions
L'horticulteur était dur de la feuille
L'infirmière avait le blues
Le juge n'avait jamais de pièces
La kiné était à la masse 
La libraire était sous couverture
Le médecin n'était pas assez conventionnel
Le notaire était opaque
L'ostréiculteur avait un casier chargé
La photographe manquait d'objectifs
Le quincailler ne valait pas un clou
La réceptionniste était maladroite
Le sabotier était pantouflard
Le traiteur se faisait insulter 
L'urbaniste ne faisait pas de quartier
Le vétérinaire était un ours mal léché
Le webmestre avait des problèmes de ligne
Le xylophoniste restait de marbre
Le prof de yoga prenait ses jambes à son cou
Le zoologue était fait comme un rat


Voyant cela,
Le PolEmpliste
las de passer pour un lampiste
déclara :
"On n'a pas un métier facile."

vendredi 15 avril 2016

CENT-QuARANTE


Il jugea qu’il était prudent après une douloureuse expérience de se protéger la main droite : il s’était brûlé la gauche et il n’était pas prêt à faire feu de tous doigts.
(140-25)

jeudi 14 avril 2016

Suppositions ou conjectures ?

Poursuivons nos tours et détours dans la fantaisie semi-loufoque et trois-quart obscure ...
 
I.

Si les nombres rationnels se jouent des nombres premiers
Que feront ces derniers ?

Si le nombre des années s’accroit
Qu’attendre de la valeur approchée ?

Si les grandes largeurs ignorent les diagonales
Faut-il changer d’angle ?

Si  le losange est pris de près pour un carré
Est-ce parce qu’il se tient à carreau   ?

Si l’hypoténuse s’oppose à la base et abuse
Est- ce compté dans les dommages équilatéraux ?

Si les figures symétriques sont tristes et pâles     
Est-ce au point de changer de plan ? 

Si le haut du pavé tombe bien bas
C’est qu’il déconne à plein cube ?

Si les torts recoupent les travers
Comment tracer la médiatrice ?  

Si quelques degrés manquent au tracé de l’angle de droit
Faut-il monter le chauffage ?

Si Pythagore était une fois dans l’ouest
L’aurait-on surnommé Billy Euclide ?

Si ton cercle d’amis est  sans diamètre
Appelles-tu ton chien Thalès ?

II.

Si autant d’hypothèses n’enseignent rien
ou si peu…
Sont-elles
en manque d’axiomes ? privées de théorèmes ?
de simples formules qui emportent les pièces ?
Seraient-elles défaillantes, incomplètes,
telle une alchimie dépourvue d’alpha et d’oméga , une bière philosophale sans levure, une comète sans plan ?
Tournent-elles
à la cacophonie dodécaphonique décaféinée jouée par un épais épagneul espagnol épanoui ?
Relèvent-elles
de la quadrature du cercle polaire, de la quinquature de l’ellipse de lune ?
Et pi
quoi encore ? 




mercredi 13 avril 2016

Les extraordinaires aventures de Monsieur P.

Note introductive : 
Comme on dit hypocritement dans ces cas-là, toute ressemblance avec des faits ou des personnes existant ou ayant existé serait pure coïncidence. Là non. 
Quels que soient les latitudes, les tropiques, l'escalier en haut à gauche, les galaxies et même les confins, on tombe sur ça, et on s'aperçoit que "ça" ne nous manquait pas. Bizarre, non ? 



Le revoilà
Le revoici
Il nous manquait ?
Monsieur Parfait

Il est partout
Il est par là
A la ramener
Il est rev’nu
Il a tout vu tout fait

Et ça tartine
ça confiture
Ça colle ça coule
Et ça saoule

Il est rev’nu
Il nous manquait ?
Monsieur Parfait

Il est rev’nu
Fin d’accalmie
A tout compris
Et en glisse une
Pour parler de lui
Il compatit
Salut l’altruiste
Il fait savoir
Ce qu’il faut savoir
A son sujet
Il fait tout bien il a tout fait
Il est...  parfait
Monsieur Parfait

Il est si fier
Si libéré
Il s’aime bien
Monsieur Parfait 
Décomplexé

Monsieur Parfait,
une question trotte
et sert d’escorte : 
Passe-t-il les portes ?

Il est rev’nu
Le revoilà
Il nous manquait ?
Monsieur Parfait

Monsieur Parfait, Ah ça va pas traîner,
Monsieur Parfait , et que ça finisse
Monsieur Parfait, et qu’il réussisse
Monsieur Parfait, A se faire appeler …

Narcisse. 




lundi 11 avril 2016

Eau Haut


Remonter à cheval
Pour remonter la rue, 
Comme remonter le fleuve

En marchant
Remonter le courant

Pour remonter la pente,
Remonter l’escalier ?

En haut, remonter les chaussettes
comme pour remonter le moral ?
ou remonter le coucou

Puis remonter sa montre
Pour remonter le temps

Et remonter aux origines ?

vendredi 1 avril 2016

Habile avril


Le mois de mai pourra bien froncer les sourcils
Le calendrier me traiter d’alguazil
Prendre date pour me condamner au pire des exils
au plus haut du plus haut des terrils
Faire traîner la poudre dans mon baril
Et me transformer en essence volatile

Rien n’y fera  - quitte à passer pour puéril
Ou trop occupé à contempler mes nombrils
Au risque de mettre sur le gril
Certains conseils subtils
"Ne pas se découvrir d'un fil"
qui nous promettent grand péril 
si l’on s’écarte de la file …

De haut en bas de face ou de profil
Je ne bougerai pas d’un cil
C’est décidé, c’est du brutal, du viril
Cette année en avril,

J'ai décidé de faire ce qui me plaît, 
non mais ! 

Changement de perspective

le changement de perspective

l'épreuve de force
la force de l'épreuve
l'article de fond
le fond de l'article
l'état de fatigue
la fatigue de l'Etat

la crise de régime
le régime de crise
la voisine du bas
les bas de la voisine
l'enfance de l'art
l'art de l'enfance

la perspective du changement