mardi 18 avril 2017

Quel programme...



Le silence perlé du désert sec
Le poison lent du doute perpétuel
Les sanglots longs des violons monocordes
L’inquiétude fondée de l’électeur moyen
L’imposture massive de projets fictifs  
L’incompréhensible oubli des priorités ordinaires
Les grands dégâts des petits arrangements
L’indécence crasse de candidats véreux
La fausse question du vote utile
La persistance tenace des basses manœuvres
Le livre blanc des colères noires
Le sanglot ravalé des occasions manquées
La lente progression du dégoût rance
La systématique reproduction des schémas injustes
La morgue insupportable des médiacrates serviles
La porte béante des manipulations médiatiques
La sourde implosion de systèmes obsolètes

La lampe bleue des espoirs éternels
Les grands espaces de l’idéal démocratique
Les aventures extraordinaires d‘une promesse tenue

L’ubuesque farce de l’élection présidentielle

14 commentaires:

  1. Bravo K, tu as presque tout dit. Et d'ailleurs, c'est pourquoi, je suis un peu désespérée car je sais pour qui je vais voter même si je sais que la personne n'a pas chance d'arriver au second tour. On a l'impression que les jeux sont faits. Et les réseaux sociaux n'arrangent rien. Les trois vers suivants reflètent ma pensée :
    "L’inquiétude fondée de l’électeur moyen
    L’imposture massive de projets fictifs
    L’incompréhensible oubli des priorités ordinaires".
    Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'ailleurs plus une impression générale, avec ses limites d'ailleurs, dans cette évocation qu'un sentiment personnel.
      Même si ça recoupe, évidemment !

      Supprimer
  2. Hélas oui ! Quel programme et si bien exprimé....

    RépondreSupprimer
  3. Pour une fois, voter une page blanche. Ne pas voter utile, ni contre l'ennemi désigné, ni pour l'angélisme douteux, ni pour des idéaux très vite passés, ni pour le moins pire. Remettre l'ouvrage sur la table et démêler les grosses ficelles qui entourent cette nébuleuse: la présidence de la république. A quoi cela sert-il au juste dans une démocratie digne de ce nom ?
    J'aime dans ce billet les mots "imposture", "poison", "indécence", "incompréhensible", "morgue" "farce", "dégoût", "obsolète", "manoeuvres", "promesses" et pour faire bonne mesure, "les colères noires", qui nous mènent à 11- qui mèneront à quoi ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très joyeux, certes, mais j'irai mettre un bulletin avec un nom. Au second tour ,cela risque de changer !

      Supprimer
  4. Les substantifs défilent, comme les candidats sur les écrans de nos télés. Les résultats démentiront-ils les sondages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on fait avec ce qu'on a, tant qu'on le peut encore !

      Supprimer
  5. En France du moins, le résultat n'est pas aussi prévisible qu'en Turquie, et on n'emprisonne pas d'abord tous les opposants. Bon vote !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui.


      Demain je voterai légalement deux fois.




      Une procuration !!!

      Supprimer
  6. C'est ce qui s'appelle voter des deux mains (voter dès demain ?) ;-)
    Ce texte est parfaitement raccord avec mes éructations personnelles, et j'en aime (et suis jalouse) de sa concision poétique (avec des élections, faut le faire). Occasion de rappeler ici le super roman de José Saramago, "La lucidité"... En plein dans le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note Saramago, merci.
      Pour le reste, faisons une fois n'est pas coutume dans le pipole, ce texte a été écrit en deux temps, la structure régulière de chaque phrase m'a insufflé les mots et les messages. J'ai laissé infuser puis agencé pour trouver un rythme et un décalage/décrochage sur la fin avant la ... chute !

      Supprimer